PRESSE ARGENTINE : Depuis la Seine, la chanson

Par Clarisa Ercolano

Presse Nationale Pagina 12 édition du 27 juin 2009

 

Depuis la Seine, la chanson

Fabienne Sabatrie a traversé l’Atlantique. Sur des thèmes d'amour et de femme, elle a offert paroles et musique à un public qui la connaît à peine dans ce Buenos Aires cosmopolite. Pourtant, ce public l'a suivie et a été envouté !

Sans demi-teinte, d’une chanson à l'autre, la voix de Fabienne Sabatrie sait parfaitement osciller entre « politesse et côté sauvage ».

Cette flexibilité lui vaut l’appellation d’ "artiste féminine". Sans doute parce qu'elle sait s'adapter à toutes les circonstances. Elle voyage sur scène, sans artifice, sans marketing, sans présentation pompeuse. Elle réussit, sans trébucher, à consolider ses tournées comme un troubadour "trovadora " insolite.

 

Une guitare et une batterie accompagnent l’album « Brève rencontre » dont les paroles sont inspirées d’un amour disparu qui menace d'être le dernier, de tâches ménagères, non agréables mais exécutées par amour, de l’amour pour un homme ou des rythmes imprévisibles et indomptables des grandes villes...

 

A l’image des sœurs clarisses françaises qui avaient rompu avec l’hégémonie des voies masculines dans les chorales et célébrations ecclésiastiques, Fabienne ne s’est pas imposée de limites. Elle préfère le chant aux bavardages. Elle laisse voir très clairement qu'elle adopte les idéaux féministes mais en même temps se demande avec sarcasme: " Nous, les femmes, on a grandi ? Pour quoi faire ou pour qui le fait-on ? Combien peuvent le tolérer !?! Et, justement, les femmes présentes dans la salle No Avestruz à Palermo, (Buenos Aires), ont eu un sourire complice car, 

que l’on soit auprès de la tour Eiffel à Paris ou de l'Obélisque à Buenos aires, tout est pareil, seul le paysage change !

 

Autodidacte, Fabienne a créé un répertoire subtil, composé de chansons écrites par elle-même ou par l’éditeur Christian Pirot ou l’écrivain Yvette Cathiard … Lorsqu’elle laisse ses musiciens jouer afin qu'ils interprètent une chanson ou pour reposer ses cordes vocales, elle laisse sur sa chaise haute une cage vide. "Se va el Gorrion" (l'oiseau s'en va) dit-elle sans s'attarder, se perdant parmi les tables, pour revenir plus tard parler des rencontres avec l'autre, à l'âge du virtuel, du Net, de l'amitié, de la tolérance, des fils que l’on a, que l’on attend, ou que l’on aura jamais…

 

Fabienne ne parle pas très bien l'espagnol, mais elle se fait parfaitement comprendre lorsqu’elle dit être restée muette après avoir vu, chez des amis "portenos" en France, un film sur la dictature militaire argentine ou quand elle ouvre les bras pour remercier le public, le pays, les artistes qui l’accompagnent et son manager...

 

Son interprétation sans peur, ses chansons influencées par le jazz et la World-Music sont ses atouts. Elle ne danse pas, ne se désarticule pas. Elle sait très bien où et quand se balancer, chuchoter, crier avec autant de changements et de facettes que la femme, que l'Amour lui-même.

Mise à jour le Vendredi, 30 Octobre 2009 16:30
 

Le petit mot...


« Fabienne Sabatrie vibre d’une vie intérieure intense qu’elle déploie avec passion dans ce qu’elle compose et qu’elle écrit. En même temps elle lance avec décence et indécence des chansons de connivence qui résonnent de bonheur dans le cœur de celles et ceux qui l’écoutent.
Lire la suite...

Voir...

Agenda

<< Nov. 2019 >>
LMMJVSD
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930

En images...